19 août

Les données du CHU de Clermont-Ferrand passent l’arme à Open Studio

Publié le 19/08/2009

Le Centre Hospitalier Universitaire de Clermont Ferrand s’appuie désormais sur Talend Open Studio pour consolider des données issues de multiples systèmes dédiés à chacun de ses services et reconstruire les séjours des patients dans le but de fiabiliser leur facturation.

Auparavant, le CHU utilisait des scripts développés manuellement, dont la gestion est devenue de plus en plus complexe, notamment depuis la mise en œuvre de la tarification à l’activité (T2A).

Le système d’information global du CHU de Clermont Ferrand est caractérisé par une architecture très éclatée : chaque spécialité dispose d’un sous-système d’information autonome, relié à un noyau central commun à toutes les spécialités et regroupant les données administratives.

« La Direction informatique gère 35 bases de données – chacune correspondant à une spécialité médicale – qui sont distribuées sur environ 25 serveurs. Parallèlement, le déploiement d’un nouveau produit médical (fourni par McKesson) est en cours. Nous disposons en outre d’une base de données administrative (un Système d’Information Hospitalier Administratif de McKesson), reliée à l’ensemble des serveurs » témoigne Jean-Christophe Jourdy, Médecin du Département Information Médicale. « Les diagnostics et les données administratives étant donc saisis séparément, service par service, nous avons besoin de réintégrer ces données en les combinant dans une base de données dédiée. L’objectif est de reconstruire les séjours des patients afin de les facturer correctement et de communiquer des rapports à notre organisme de tutelle. Jusqu’à l’année dernière, nous utilisions de nombreux traitements développés manuellement pour consolider ces données, qui prenaient la forme d’une multitude de scripts. »

Avec le temps, la gestion de ces scripts – assurée par un seul agent – est devenue de plus en plus lourde : « D’une part, elle nécessitait la maîtrise d’un langage de procédure spécifique, particulièrement complexe. D’autre part, la maintenance des scripts était problématique et ne répondait pas aux exigences d’évolution de nos activités : les modèles de financement ayant évolué considérablement dans les dernières années (Tarification A l’Activité par exemple), il était extrêmement difficile et chronophage de modifier manuellement ces scripts pour prendre en compte les nouveaux modes de calcul » ajoute Jean-Christophe Jourdy.

Le CHU a tout d’abord testé Talend Open Studio sur un ou deux flux, avant de débuter la généralisation à l’ensemble de ses bases de données. La solution a également été utilisée pour répondre à des besoins de chargement et d’extraction, puis est vite devenu l’outil de base pour les transformations. Il sert notamment à vérifier la qualité et la cohérence des données entre les différents systèmes, mais également à localiser des données manquantes. Aujourd’hui, les anciens scripts sont migrés progressivement vers Talend Open Studio à mesure du développement de nouveaux projets et l’outil est relié à l’ensemble des serveurs de base de données du CHU.

La gratuité de l’offre open source Talend Open Studio est l’un des principaux bénéfices mis en relief par la Direction de l’information médicale du CHU de Clermont Ferrand.

« Il est clair que l’open source est aujourd’hui un outil essentiel pour les services publics et notamment les hôpitaux, permettant de concilier d’importantes contraintes budgétaires et techniques, sans pour autant sacrifier les performances ou la fiabilité de leurs systèmes d’information » conclut Jean-Christophe Jourdy.

Remplissant une triple mission de soin, de recherche et d’enseignement, le CHU de Clermont Ferrand s’appuie aujourd’hui sur 6000 employés répartis sur trois sites, pour offrir aux habitants de la Région Auvergne une capacité d’accueil d’environ 1900 lits. Le CHU couvre un bassin de population particulièrement important, incluant l’agglomération de Clermont-Ferrand (300 000 habitants, 21ème ville de France) et l’ensemble de la région (plus d’1,3 millions d’habitants).

Partager cet article :

Vous souhaitez reproduire cet article ?