Pas accès à un VPN ?
Utilisez les SmartDNS.
Toute box. Tout OS.




08 févr

Les talents français de la technologie sous payés ?

Publié le 8/02/2018

Les métiers technologiques à Paris sont payés 60% de moins en 2017 que les mêmes postes à San Francisco, selon la dernière étude Hired.com. Bonne nouvelle si vous êtes expert frontend, backend et fullstack : votre profil est très recherché.

La plateforme de recrutement publie les résultats de son étude annuelle sur l’état des salaires des talents des métiers de la technologie et des compétences les plus recherchées.

Cette troisième édition met en lumière le “paradoxe existant entre le dynamisme et l’effervescence actuels de l’écosystème technologique en France et la différence qui existe entre la situation du secteur de FrenchTech et de la demande des métiers de la technologie qui sont en pleine croissance et la moyenne des salaires perçus par les talents des métiers de la technologie à Paris et dans 13 villes à travers le monde dont San Francisco, Los Angeles, Chicago, Toronto et Londres.”

Traduction ? Les talents français de la technologie seraient les parents pauvres, “car ils seraient payés 60 % de moins que les postes équivalents à Francisco montrant ainsi un différentiel de 86.000 USD”.

En étudiant la situation de plus près, il apparaît qu’à coût de la vie égal entre Paris et San Francisco, le salaire d’un développeur à San Francisco serait 67% plus élevé que celui d’un Français.

« Les talents français des métiers technologiques, qui sont pourtant reconnus comme ayant une formation universitaire et un savoir-faire de qualité, sont sous-payés par rapport à leurs homologues travaillant dans les autres capitales de la tech dans le monde. » explique Antoine Garnier-Castellane, Directeur du bureau français de Hired.

En un an, le salaire moyen des métiers technologiques à Paris a chuté de 3,9 % avec une augmentation d’embauches sur la plate-forme Hired de profils plus junior. Au niveau du type d’embauches, le boom de l’année est réalisé par les managers d’équipes dont la demande a plus que doublé par rapport à l’année précédente (+113%)

La demande pour les développeurs frontend, backend et fullstack continue de croître avec une croissance annuelle moyenne de 26 % du nombre moyen d’offres faites à chaque candidat visible sur la plateforme. Les plus jeunes candidats âgés de 20 à 34 ans ont tendance à se sous-évaluer et demandent moins que ce qu’on leur offre. Ils sont en général 8 % en dessous des offres qu’ils reçoivent.

Partager cet article :

Vous souhaitez reproduire cet article ?