03 janv

Bull virtualise les serveurs du Centre pour le Développement de l’Entreprise

Publié le 3/01/2013

A Bruxelles, le Centre pour le Développement de l’Entreprise (CDE) a confié à Bull son réseau de stockage, un système de sauvegarde et les bases d’un plan de restauration en cas de sinistre (Disaster Recovery Plan).

Fondé dans le cadre de la convention de Cotonou, le CDE a pour principaux objectifs de lutter contre la pauvreté et de l’éradiquer, et d’intégrer progressivement les pays ACP à l’économie mondiale, sans jamais perdre de vue l’objectif d’un développement durable. La coordination des activités du CDE s’effectue à Bruxelles.

Le CDE a décidé il y a un certain temps déjà de virtualiser les serveurs. Pour soutenir l’ensemble, le CDE souhaitait également se doter d’un système performant de stockage en réseau. Le département IT a d’abord dû convaincre la direction qu’un tel système était vraiment nécessaire. Ensuite, la division Bull Advisory Services a été invitée à effectuer une évaluation de l’infrastructure informatique. Les résultats de cette évaluation devaient permettre d’identifier les évolutions technologiques possibles.

A partir de cette évaluation, le CDE a préparé un cahier des charges en vue de l’acquisition d’un système de stockage pour son environnement de production et d’une solution de stockage pour les sauvegardes disk-to-disk. Parallèlement, il fallait aussi prévoir un système DRP (Disaster Recovery Plan) pour la réplication des machines virtuelles sur un site externe. Finalement, c’est Bull qui a remporté ce marché. La solution proposée se compose d’Optima pour le réseau de stockage, de Datadomain pour les copies de sauvegarde (backup) et d’une solution Infrastructure-as-a-Service pour la synchronisation externe.

Le CDE a confié la mise en place aux services d’installation de Bull.

Parmi les évolutions futures, il envisage actuellement de répliquer les données sur un site externe et de virtualiser les postes de travail également. “Pour l’instant, tout est encore centralisé à Bruxelles alors que la demande de décentralisation des opérations se fait de plus en plus pressante. Toutes les applications sont déjà accessibles dans nos bureaux régionaux, et nos travailleurs mobiles ont accès à tout moment aux applications et aux données.

Partager cet article :

Vous souhaitez reproduire cet article ?